Kammerata Luxembourg: Des rayons de lumière

Wiessel mol d’Scheif: L’ensemble de musique de chambre défend avec «Echoes of Autumn and Light» une double cause.

Thierry HICK

Thierry HICK

Wiessel mol d’Scheif: L’ensemble de musique de chambre défend avec «Echoes of Autumn and Light» une double cause.

 Donner une voix aux compositeurs luxembourgeois contemporains mais aussi aux jeunes musiciens interprètes: l’ensemble Kammerata Luxembourg avec son nouvel enregistrement «Echoes of Autumn and Light» poursuit un double but.

L’orchestre créé il y a près de 35 ans s’appelait jusqu’à peu KammerMusekVeräinLëtzebuerg. En 2019, l’ensemble de musique de chambre, à l’occasion de la publication d’un album consacré à Robert Schumann et aux compositeurs contemporains György Kurtág et Jörg Widmann – changeait de nom pour devenir Kammerata Luxembourg. 

Le président de l’ensemble Marc Jacoby explique cette décision: «Le nouveau nom est moins lourd que l’ancien et veut encore plus souligner note attachement à la musique de chambre». Le nom Kammerata est donc une allusion directe au terme allemand de «Kammermusik», musique de chambre. Déjà initié lors de ce précédent enregistrement, les chambristes veulent encore davantage s’ouvrir à la musique d’aujourd’hui. Qui plus est, celle écrite par des compositeurs du Grand-Duché. 

360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

Depuis une dizaine d’années déjà, l’ensemble passe depuis des années des commandes d’œuvres aux musiciens du Grand-Duché. Ces créations sont ensuite régulièrement données en concert. Après cette première interprétation les partitions se retrouvent souvent au fond d’un tiroir et sont oubliées. 

Tout en laissant une trace pour l’avenir, il est aussi important de déjà penser à la future génération.

Marc Jacoby, président de Kammerata Luxembourg

Une première pour l’orchestre

 C’est donc pour remédier à cette situation que Kammerata Luxembourg avec son nouvel opus «Echoes of Autumn and Light» innove et entend bien «laisser une trace pour le futur». Enregistrer des pièces de Marcel Reuter, Markus Brönnimann, Georges Lentz et Camille Kerger quatre compositeurs luxembourgeois vivants est une première inédite pour l’orchestre. Et permet de plus à Kammerata Luxembourg de marquer sa présence sur un marché musical en constante évolution. «Pour être visible, il faut se montrer, jouer des concerts et publier des enregistrements», confie Marc Jacoby. 

L'album a été enregistré en juillet 2020 au Conservatoire de Luxembourg.

L’album a été enregistré en juillet 2020 au Conservatoire de Luxembourg.

Photo: Pierre Weber

«Echoes of Autumn and Light» a été enregistré au Conservatoire de Luxembourg et se voit publier par le label britannique Toccata Next – la garantie d’une distribution à très grande échelle. Malgré des aides publiques et de quelques sponsors fidèles, le budget total de quelque 35.000 euro du projet est lourd à porter par l’asbl Kammerata Luxembourg. 


photo : Caroline Martin©

Ein neues Festival und die Mühen um die Zukunft der Kammermusik. Festivalleiter Marc Jacoby im Interview über die Herausforderungen in Corona-Zeiten.


Davantage soutenir la création 

Marc Jacoby constate un manque d’intérêt porté à la composition musicale luxembourgeoise contemporaine. La créativité musicale n’est pas soutenue à sa juste valeur et les efforts de lobbying pas assez développés, «cette musique n’est pas suffisamment gardée à l’œil» regrette le président.

Pour ce nouvel opus, Kammerata a fait appel à quatre compositeur confirmés de la scène musicale luxembourgeoise: Marcel Reuter, qui régulièrement collabore avec l’ensemble Lucilin, Markus Brönnimann, également flûtiste à l’Orchestre philharmonique du Luxembourg, Georges Lentz, qui s’est installé depuis de nombreuses années en Australie sans pour autant couper les ponts avec le Grand-Duché, et Camille Kerger, l’ancien directeur artistique de l’Institut européen de Chant Choral. 

La lumière,  source d’énergie ou de vie

Tous les quatre créateurs, d’une manière ou d’une autre, s’intéressent à la lumière, comme source d’énergie ou de vie. Les compositions – datant de 2018 à 2000, toutes des commandes passées par l’orchestre – une fois réunies et au-delà de leurs différences – dégagent toutes de belles atmosphères et images.  Une impression encore renforcée par le choix de la toile «Branches en automne» de Jean-Marie Biwer pour l’illustration du livret. 

Un ensemble à géométrie variable.

Un ensemble à géométrie variable.

Photo: kammerata

De type musique de chambre, Kammerata Luxembourg est un ensemble à géométrie variable, «autour d’un noyau dur de musiciens, – de type ’Pierrot lunaire’», précise Marc Jacoby. – ceci lui permet d’aborder un très large répertoire. A cela vient se greffer un autre but affiché de l’ensemble: soutenir de jeunes musiciens, qui viennent de clôturer leurs études, en leur donnant la possibilité de s’impliquer dans différents projets. 

«Il est important de penser à la future génération qui prendra la relève», insiste le président. Pour ce enregistrement Max Mausen, clarinette, Sophie Urhausen, alto, Nora Braun, violoncelle, Chanel Perdichizzi, harpe, ont sauté dans la brèche qui leur était offerte. 

Ne pas baisser les bras

L’ensemble Kammerata Luxembourg est lui-aussi frappé par le ralentissement de ses activités dû à la pandémie, mais prépare ses saisons à venir tout en professionnalisant ses structures et son organisation. Après plus de 35 ans, Marc Jacoby et son équipe n’entendent pas baisser les bras et veulent continuer d’offrir à leur public la possibilité de «vivre des moments de proximité avec les musiciens et de découvrir une autre littérature musicale». 

L’album «Echoes of Autumn and Light». Kammerata Luxembourg, avec des œuvres de Marcel Reuter, Markus Brönnimann, Georges Lentz et Camille Kerger, Toccata Next (durée: 67 min, 30 sec) et toutes les infos sur l’ensemble sont disponibles sur: www.kammerata.lu

Folgen Sie uns auf Facebook und Twitter und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema


Mit Noten Fragen beantworten

Was haben die Harmonie Bech-Berbourg, die Universität der Künste in Berlin und die Echternacher „Sprangprozessioun“ gemeinsam? Nik Bohnenberger hat die Antwort.


Die menschliche Kreativität verstärken

Seit zwei Jahren komponiert das Luxemburger Start-up Aiva (Artificial Intelligence Virtual Artist) Musikstücke auf Basis künstlicher Intelligenz. Wir haben mit Geschäftsführer Pierre Barreau über die in Künstlerkreisen umstrittene Technik gesprochen.

Source link

ALSO READ  Fleire trendar i sosiale medium bekymrar – «smal midje»-trend er ein av dei
Avatar
About Lokesh Jaral 68886 Articles
Being an enthusiast who likes to spend time binge-watching TV shows and movies and following the hype in the media and entertainment world. Exploring the field of technology and entertainment, I am here to share the varied experiences on this blog.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*